Le gouvernement américain cherche-t-il à suivre les criminels sur Google ?

Dans un rapport récent, le gouvernement fédéral des États-Unis d’Amérique utilise des outils de sécurité pour traquer les criminels. Selon les derniers rapports, le gouvernement fédéral a gardé un œil sur les utilisateurs de Google ou d’autres moteurs de recherche. Cette pratique met en danger les utilisateurs qui recherchent des criminels ou d’autres personnes figurant sur la liste noire.

Cependant, d’un autre côté, cette pratique amène les citoyens à s’interroger sur leur liberté. Une partie des citoyens se plaignent de l’irrationalité de ce type d’action gouvernementale. Ce n’est pas seulement irrationnel, mais cela peut certainement être une atteinte à la vie privée.

Des experts commentent des actions gouvernementales récentes

Les experts de l’Union américaine des libertés civiles notent que la vaste base de données de recherche de Google, utilisée pour identifier les criminels par la police, met également des innocents en danger. Il est également risqué lorsque les mots-clés ne correspondent pas à un moment donné. Cette pratique met des innocents en danger et continuera probablement à aggraver les choses. Contrairement à cela, Google a répondu à toutes les allégations expliquant comment les données de l’utilisateur sont bien protégées. Dans une déclaration récente, un porte-parole a expliqué comment l’ensemble du processus est conçu pour protéger la vie privée de l’utilisateur.

Voici une vidéo parlant du procédé du gouvernement américain en anglais :

De plus, le gouvernement fédéral affirme que les mandats de mots-clés sont très restreints, ce qui diminue le risque de mettre des innocents en prison. À ce jour, on ne sait pas à quelle fréquence les mandats de mots clés sont utilisés ou les utilisateurs dont les informations ont été traitées par des sociétés technologiques géantes. La chasse aux mots-clés la plus connue était pour Mark Anthony, un kamikaze à Austin, Texas, en 2008. Après l’explosion, le gouvernement a ordonné à Google, Yahoo et d’autres moteurs de recherche de remettre l’adresse IP et les informations de compte de toute personne qui recherche des mots-clés comme low explosifs, bombes artisanales…

Comment fonctionnent les mandats de mots-clés ?

Premièrement, les enquêteurs s’adressent au tribunal pour obtenir des informations auprès de Google sur un ensemble spécifique de termes de recherche, y compris le nom et l’adresse de la victime. Il comprend également la région géographique particulière ou d’autres informations connexes.

Si le tribunal accorde l’ordonnance, les enquêteurs se tournent alors vers Google ou d’autres moteurs de recherche pour transmettre l’adresse IP et les informations connexes à toute personne dont le paramètre de recherche correspond. Les bons de souscription par mot-clé sont inhabituels. Au lieu de rechercher des informations sur un suspect, ils génèrent une liste de suspects pour des enquêtes plus approfondies. Le débat sur les mandats de mots clés pour traquer les criminels se poursuit. Les défenseurs disent que toutes les informations sont restreintes et que seuls les criminels potentiels sont recherchés.

Louane H.

Passionnée de Web, j'y passe au minimum 5 heures par jour. Réseaux, streaming, blogging, tout y passe. J'adore être connectée H24 et être au courant d'un peu tout ce qu'il se fait de nouveau !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.