Quels pays sont les plus touchés par les attaques de données ?

La cybersécurité est un problème préoccupant pour les particuliers et les entreprises, plus que jamais auparavant. Alors que les craintes des gens augmentent autour de la pandémie de coronavirus, les cyberattaques se multiplient, visant à compromettre les fonctions et processus clés des entreprises, à vendre et à exposer des données personnelles et sensibles.

Le coût moyen d’une violation de données peut coûter jusqu’à 3,9 millions de dollars, selon IBM, avec des prévisions selon lesquelles les cyberattaques coûteront à l’économie mondiale 6 000 milliards de dollars chaque année. Cependant, de nombreuses entreprises et industries sont toujours à la traîne et donnent la priorité à la cybersécurité à des rythmes différents.

Les États-Unis en tête

Les États-Unis ont connu les cyberattaques les plus importantes au cours de la période analysée. 30 incidents se sont produits au cours de la seule année 2018, la brèche la plus récente ayant eu lieu en mai 2020. La National Security Agency (NSA) a découvert que des pirates informatiques russes avaient exploité un bogue pour extraire des données sensibles des serveurs de messagerie d’organisations américaines.

Voici une vidéo parlant d’une cyberattaque énorme aux Etats-unis :

Le Royaume-Uni a connu le deuxième nombre le plus important de cyberattaques, avec un total de 47. Notamment, en 2019 lors des élections générales, le Parti travailliste a subi d’importantes cyberattaques, à savoir des attaques DDoS.

Après le Royaume-Uni, l’Inde se classe troisième sur la liste avec sa dernière attaque survenue en juin 2020. Cette attaque très médiatisée a déployé des logiciels malveillants contre neuf militants des droits humains. Le logiciel malveillant a enregistré des frappes au clavier, de l’audio et a été lancé pour voler des informations personnelles et sensibles.

Les types de cyberattaques les plus courants

Les attaques par déni de service (DoS) sont conçues pour surcharger les ressources, de sorte que les systèmes ont du mal à répondre aux demandes. Une attaque par déni de service distribué (DDoS) est similaire mais est lancée à partir d’une multitude de machines hôtes qui ont été infectées par des logiciels malveillants. Les sites Web qui ont été victimes d’une attaque DDoS ne seront pas visibles par leurs visiteurs, ce qui signifie que les utilisateurs ne peuvent pas accéder au site Web pour effectuer une tâche comme acheter un produit ou un service.

Une attaque MitM se produit lorsqu’un pirate informatique ou un cybercriminel se place au milieu des communications entre un client et un serveur, par exemple le courrier électronique, les réseaux sociaux et la navigation sur le Web. Les attaques MitM peuvent obtenir des informations sensibles telles que des informations d’identification de mot de passe.

Les attaques de phishing sont lancées via des communications par e-mail où un cybercriminel envoie un e-mail se faisant passer pour une entité ou une entreprise de confiance comme une banque, un organisme de santé… Les faux e-mails sont conçus pour paraître authentiques afin que les destinataires fournissent des informations personnelles et sensibles, cliquez sur des liens malveillants, et télécharger des logiciels malveillants sur leurs appareils.

Louane H.

Passionnée de Web, j'y passe au minimum 5 heures par jour. Réseaux, streaming, blogging, tout y passe. J'adore être connectée H24 et être au courant d'un peu tout ce qu'il se fait de nouveau !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.